DECOUVRIR un PATRIMOINE du XVème SIECLE   à  QUILINEN  en  LANDREVARZEC (29510)

QUILINEN : les siècles nous ont légué un merveilleux héritage !…

Un peu d’histoire – Un tamm istor

Situé au cœur du pays Glazik, Quilinen était jusqu’à la Révolution une trève de la paroisse de Briec, disposant d’un statut particulier qui lui conférait une large autonomie. Un curé assisté d’un vicaire y était installé à demeure. Il était autorisé à célébrer les baptêmes, mariages et faire les sépultures des habitants de la trève comme n’importe quel recteur d’une paroisse de plein exercice. Il relevait néanmoins de l’autorité du recteur de Briec à qui il devait reverser une partie des revenus de sa chapelle.

Depuis la Révolution il n’y a plus eu de curé à Quilinen. En 1843, la trève a été rattachée, au plan religieux, à la paroisse de Landrévarzec, rétablie à cette date après avoir été supprimée 50 ans auparavant, au début de la Révolution. Administrativement c’est en 1893 que le territoire de la trève de Quilinen (le bourg et 27 villages disséminés) a été intégré à Landrévarzec érigée en commune de plein exercice après un échange de territoires entre Briec et cette nouvelle commune.

Origine du nom – Orin an anv

A Louargat (22) il existe un village nommé Quilinan. Il semblerait, d’après Bernard Tanguy, chargé de recherche au CNRS, que ces noms (Quilinen, Quilinan) correspondent à celui du saint gallois Celynin qui est honoré à Llanpumsaint ainsi qu’à Llangelynin (Pays de Galles). Llangelynin (Llan en gallois correspond à Lann en breton, la terre sacrée, ermitage, monastère) est donc l’ermitage de Celynin. On sait par ailleurs qu’un hameau de ce village gallois de Llangelynin se nomme « capel Arthog » ce qui nous amène à faire le rapprochement avec le Harthuc qui est à l’origine du nom de la commune de Lann-dre-Harthuc devenu Landrévarzec.

Une « capel Arthog » proche d’un Llan de Celynin en Pays de Galles, un Lann de Harthuc proche (1,5 km) d’une chapelle de Quilinen en Bretagne est-ce un hasard ? Peut-être pas…

CARTE DE CASSINI (XVIIIe siècle)_Source : site IGN
Blason De Lespervez
Testament T. Furic
Clocher (1868)
Vitrail (1951)
Pinacle rénové en 2014

Quelques dates pour situer Quilinen dans l’histoire

VIe siècle : Celynin émigre du Pays de Galles et s’établit en Cornouaille …… ?
──────── ► CELYNIN    ◄─────►   KILINENN ???

1449 : Guillaume De Kerguelen, 2ème du nom, Seigneur De Keranroc’h, épouse le 2 août 1449 Blanche De Launay de Pennanyeun.

1450-1471 : Monseigneur De Lespervez est évêque de Quimper. Ses armories figurent en bonne place sur un contrefort de la chapelle.

1495 : Testament de Thomas Furic qui lègue à la chapelle Marie de Quilinen la somme de 10 sous.

1648 : Procès-verbal des prééminences …………
« Procès entre Ecuyer Hervé De Kerguelen, Seigneur de Kerlès, son fils le Seigneur De Kerlouenan d’une part et Messire le Becquer chanoine de Cornouaille et Recteur de Kerfeunteun, d’autre part. »

1658 : Semaine de Mission à Kilinenn :
« E fin 1658, sur a-walch e miz Here, e teu an tad Maner d’ober ur mission e Kilinen … »

1705 : « le 12ème juillet 1705 fut faite la bénédiction de la cloche qui est dans la tour du coste de l’orient ».

1782 : Yves le Douguet, fabricien, « fait une requête à la fabrique de Briec pour faire des travaux sur le toit de l’église tréviale de Kilinenn … 600 livres ont été tirés du coffre ce jour … ».

1783 : La fabrique de Briec délibère sur deux lettres  « portant défense d’inhumer dans les églises tréviales de Kilinenn et de Landudal ».

1785 : Construction du cimetière.

1790 : Il y avait : – un vicaire, Guillaume Labbé, …
                     – un prêtre habitué, Germain Meunier

1804 (an12 du calendrier républicain) :
         Le cinq ventôse, an 12, une pétition est rédigée par les gens de Kilinenn « afin d’avoir l’autorisation d’enterrer les morts dans le cimetière de Kilinenn ».

1854 : « La toiture de la chapelle menace ruine ».

1855 : Réfection de la toiture :
          « 22 000 ardoises, 137 livres de clous, 24 journées de couvreurs, fermes et chevrons, zinc, … ».

1868 : Reconstruction du clocher.
         « Le devis est 1753 francs. La vente des arbres qui entourent la chapelle a rapporté 128 francs ».

1890 : Le sol de la chapelle est cimenté.

1951 : La baie située à proximité du Maître-Autel est garnie d’un vitrail.

1959 : Restauration de la scène de la Déploration (sculpture en bois).

1990 : Suite à l’ouragan de octobre 1987, la charpente et la toiture de la chapelle sont restaurées.

2013 – 2017 : Restauration majeure de la chapelle (maçonnerie, assainissement, vitraux, peintures murales, mobilier).

2018 : Restauration du calvaire

2021 : Restauration de la fontaine