DECOUVRIR un PATRIMOINE du XVème SIECLE   à  QUILINEN  en  LANDREVARZEC (29510)

QUILINEN : les siècles nous ont légué un merveilleux héritage !…

Le calvaire – Ar c’halvar

            Ce calvaire du début du XVIe siècle est considéré comme le plus beau des calvaires du second ordre. Laissons l’abbé Jean-Marie Abgrall, un expert des monuments religieux du Finistère, nous le décrire (article du Bulletin de la Société Archéologique du Finistère de 1914) :

« Le monument que nous avons sous les yeux est d’un intérêt tout particulier ; on peut le classer comme le premier et le plus harmonieux des calvaires de second ordre ; on ne peut rien imaginer de plus heureux comme groupement de personnages et comme silhouette originale. La base est composée de deux massifs triangulaires se superposant et se compénétrant ; les angles du second correspondent au milieu des côtés du massif inférieur ; et tout autour de la deuxième base sur des culs-de-lampes en cariatides, les apôtres sont diversement étagés pour donner plus de mouvement à l’ensemble.

La plupart des cariatides tiennent de longues banderoles qui courent contre les parois du socle, et qui ont pu recevoir autrefois des inscriptions en couleur, mais ne portent pas de traces de peinture.

Au pied de la croix, par devant est N-D de la Piété, tenant le corps de son fils, et accompagnée d’une sainte femme plus haut, à deux niveaux différents deux autres
saintes femmes et l’apôtre Saint Jean. Au dos de la croix, on voit la Sainte Vierge tenant l’enfant Jésus dans ses bras ; plus haut, la Madeleine tenant un vase d’aromates et au sommet, derrière le crucifix, Notre Seigneur ressuscité. Les larrons, surtout celui de la gauche, se tordent dans des convulsions étranges et il y a peu de sculptures modernes qui auraient assez de hardiesse et d’habilité pour traiter des corps humains comme l’a fait le vieil imagier du XVIe siècle. »


En 2013, l’abbé Yves-Pascal Castel et Joël Lubin ont réalisé une description détaillée du calvaire de Quilinen. Cette production est annexée ici :
(avec l’aimable autorisation des auteurs)

La restauration du calvaire, en 2018, a repositionné la statue de l’apôtre Mathias préalablement déplacée en raison du bris de son support. L’abbé Y-P Castel ne pouvait pas faire mention de cette modification.


Pour en savoir plus sur le calvaire, voir aussi un document produit par J-Y Cordier :
(avec l’aimable autorisation de l’auteur)
« Le calvaire de la chapelle de Quilinen en Landrévarzec »

Les douze Apôtres


Les douze apôtres sont représentés avec leurs attributs qui permettent de les identifier.

Autres scènes

A l’Ouest : Christ à l’agonie
A l’Est : Christ montant au ciel
Pieta
Réparation en 1965

Voir un document sur l’implantation du calvaire par Georges Prat, géobiologiste, : « … sous ce calvaire, se croisent, curieusement, trois courants d’eau et trois failles géologiques, tous orientés à 120 degrés par rapport aux autres. … ».
« L’architecture invisible » page 169 à 171.
(Editions Arkhana Vox _ 1999)

Pour en savoir plus sur le calvaire, lire : SCULPTEURS sur PIERRE en BASSE-BRETAGNE,
Emmanuelle Le Seac’h, Presses Universitaires de Rennes _ 2014 _ ( pages 238 à 244)